The Haiti Memory Project

Qu’est ce que c’est?

Le projet Mémoire d’Haïti (Haiti Memory Project) est un recueil en ligne de témoignages oraux sur le tremblement de terre du 12 janvier 2010 et sur la vie post-séisme. Ce projet a pour ambition de montrer que le tremblement de terre est un point zéro dans la vie personnelle des Haïtiens aussi bien que dans l’histoire haïtienne. C’est un moment qui a divisé le temps en un « avant» et un «après». Ce projet tente de documenter ce changement. Il en résulte une collection de plus de cent entretiens d’Haïtiens enregistrés à Port-au-Prince au cours de l’été et l’automne 2010. Ces entretiens ont offert aux Haïtiens une représentation d’eux- même ainsi que la possibilité de partager leur propre récit de ce qui s’est passé dans leur pays. Bien que presque tous ces entretiens concernent le tremblement de terre, la plupart d’entre eux se concentrent sur la vie post-séisme, notamment la vie dans les de réfugiés. Les entretiens invitent l’auditeur à partager des détails intimes et surprenants de la vie à Port-au-Prince et d’explorer Haïti d’une nouvelle façon.

Pas d’extraits brefs, les entretiens durent tous de 20 minutes à près de deux heures. Ils reflétent la grande diversité des sujets ayant marqué l’année post-séisme — survie, politique, perception des étrangers, culture haïtienne, médecine traditionnelle ou encore rapports individuels à la religion — et forment un florilège des thémes et des préoccupations qui ont animé la pensée et le discours populaires haïtiens à un moment critique de l’histoire de la nation. Avec plusieurs heures d’enregistrements, réalisés auprès de plus de cent participants, le projet constitue une ressource précieuse pour qui voudrait aller au-delà  des stéréotypes sur Haïti, tenter de comprendre les Haïtiens et la façon dont ils interprétent leur situation et envisagent l’avenir.

Les entretiens, enregistrés entre juin et décembre 2010, reflètent également l’évolution du projet. Les premiers se concentrent sur les souvenirs du tremblement de terre et les conditions de vie à Port-au Prince. Mais au fur et à mesure que le projet a mûri, l’éventail des sujets évoqué a augmenté et les conversations sont devenues plus personnelles. Bien que les conversations aient été dirigées avec des questions ouvertes, souvent les entretiens ont pris leurs propre cours, dès lors que les participants souhaitaient parler de leur situation personnelle.

Le projet a été conçu, dès le départ, comme une archive : les enregistrements seront conservés et accessibles au public afin que les souvenirs individuels sur le séisme et ses conséquences ne soient jamais oubliés. L’histoire d’Haïti a, en effet, trop souvent été oubliée par le passé, en raison du manque de documentation. En partageant ces documents sur Internet plutôt que dans des archives traditionnelles, le projet Mémoire d’Haïti les rendra accessibles en Haïti et dans le monde entier. Les entretiens auront une valeur inestimable pour les chercheurs qui s’intéressent à Haïti post-séisme. Plus encore, elles constitueront un vivier de souvenirs qui seront accessibles aux Haïtiens qui, dans les années à venir, voudront comprendre le présent en réécoutant leur passé.

Le projet a sollicité et acquis l’approbation du Comité universitaire pour les activités impliquant les sujets humains de l’Université de New York (NYU).



Louie B. Nunn Center for Oral History
University of Kentucky Libraries